Les actualités
Workcare
Psychologie

Retour
Personnalités difficiles et dangereuses au travail

Personnalités difficiles ou dangereuses au travail : une synthèse à usage des managers

Une question de sauvegarde psychique.

J’ai parfois été surpris par le succès régulier de mes interventions en formation (ou en situation) sur la gestion des personnalités difficiles et dangereuses au travail.

En effet, de nombreuses publications et interventions portent déjà globalement sur ce thème. Si j’avais souhaité croire un instant que la raison de cette situation tenait dans mes capacités de conférencier, j’aurais dû déchanter.

Car la raison tient seulement dans le fait d’exposer le terme de personnalité « dangereuse« , qui dévoile une situation réelle mais ignorée : l’existence de structures de psychose  » socialisée« .

Mes 15 années d’expérience dans le domaine de la pathologie psychique (sociothérapie des psychoses, expertises devant la cour d’assises) m’ont familiarisé avec ces personnalités particulières.

Mais en passant les 25 années suivantes dans le domaine du conseil aux entreprises (management du l’identité professionnelle et de l’engagement au travail, mesure de l’ambiance de travail), j’ai découvert que la question se posait dans l’entreprise de façon assez fréquente, au point de repérer que 75% de ce qui se constituait comme plaintes psychosociales comprenait une composante importante de « relation avec une personnalité difficile ».

C’est à cet endroit qu’il faut comprendre qu’il pourrait s’agir d’un problème de « santé publique managériale » i.e. de sauvegarde psychique des managers et des équipes.

L’apprentissage, avec les précautions éthiques qui s’imposent, de la gestion correcte de ces comportements devrait être partie intégrante de la boîte à outils de tous les managers.

La gestion des Personnalités difficiles au travail :

La personnalité de tous ceux qui sont humains donne la capacité à être dans l’échange avec un peu de culpabilité et de souci de l’autre et de soi. Cela s’exprime visiblement par le « caractère ».

Parfois les traits de caractère sont accentués, répétitifs, envahissants, inadaptés, incompréhensibles, décalés. L’enjeu est toujours d’être aimé ou pas.

Face à un comportement bizarre, énervant, irrationnel dans la zone professionnelle,

  • Sans cause visible immédiate, qui se répète depuis longtemps avec :
  • Inadaptation à la situation, perte de souplesse d’adaptation,
  • Gêne pour les autres et pour la performance de l’entreprise.
  • Souffrance pour la personne,

… on est autorisé à parler de « personnalité difficile ».

Les trois types de personnalités difficiles au travail : H.O.P. !

  • Hystérie : Démonstratif voire spectaculaire, hyper affectif, changeant d’humeur, inauthentique, goût pour « faire des histoires », plaintes, insatisfaction, somatisation, séduction : La gestion : « distance très professionnelle permanente, reconnaissance minimale et bien placée », poser les limites.
  • Obsession : Rangé, rationnel, régulier, ritualisé, régulier, ordonné, économe, obséquieux, indécis. Personne de confiance. La gestion : Ne pas le charger du changement. Mais charger son emploi du temps avec des tâches importantes.
  • Phobie : Craintif, irrationnel, soucis, tensions, attention vigilante permanente, voire agitation ou suractivité, stress constant, pessimisme, tendance à la fuite. La gestion : organiser la régularité dans un environnement loin de la ligne de front. Soigner une évaluation rigoureuse et bienveillante. Poser les balises.

La gestion des Personnalités dangereuses au travail :

Quand une atteinte structurelle des relations précoces, aboutit à une carence du « Sentiment d’exister » ce dernier est « faussé ».

Face à un comportement professionnel glissant furtivement vers des excès de positionnement toujours plus importants, de la part de personnes ne tenant jamais vraiment leur parole, ne permettant pas d’avoir avec elles une relation fiable ou rassurante, on peut évoquer la présence de personnalités dangereuses.

Ce qui permet de confirmer : l’apparition chez ces personnes de relâchements ou abus vis-à-vis de la loi (par excès ou par défaut), allant systématiquement vers leur avantage, et visant au final le mépris, l’atteinte de la confiance en eux des gens qui les entourent, l’occupation personnelle ou la destruction des lieux où ils travaillent.

Les deux types de personnalités dangereuses rencontrées au travail :

  • Paranoïa : mégalomanie, inflation du moi, méfiance, persécution et projection. Le risque majeur est le passage au fait divers. Le risque ordinaire est le passage de la relation à la procédure juridique. Gestion : maintenir si possible l’intégrité du territoire, rester en toute circonstance très formel et impeccable professionnellement, ne pas lui proposer de double de lui-même, maintenir un contact régulier très professionnel, respecter les règles scrupuleusement, ne jamais le vexer, jamais d’attaque personnelle, éviter le passage au fait divers, favoriser le passage au juridique.
  • Perversion : Séduction excessive mais narcissisme, froideur, manipulation, mensonge, cynisme. Cherche un mode de survie existentielle dans la manipulation et la destruction morale. Difficulté à percevoir les manipulations constantes qui fondent son jeu relationnel destructeur. Le risque majeur : Escroquerie, mensonge, cynisme, corruption, dissimulation sont fréquents sous des dehors parfaitement adaptés socialement : danger. Gestion : ne pas rester seul, démonter le mécanisme en permanence, monter un dossier juridique solide, « allumer tous les projecteurs », rester très clair sur ses propres attentes et désirs et ne pas en dévier.

En résumé, pour laction au quotidien se rappeler ceci :

Globalement les personnalités « névrotiques » sont en attente d’amour ou de reconnaissance.

Il faut savoir doser la réponse à cette demande. Cela reste négociable, assez aisément.

Les personnalités plus proches de la « psychose » sont en attente de toute puissance, sous des formes parfois très surprenantes et cachées. Il faut alors savoir ruser avec la force de leurs intentions. C’est un jeu plus difficile.

Une seule attitude centrale est véritablement efficace : la distance.

La distance vis-à-vis des attentes et des demandes affectives est nécessaire pour la névrose, à la seule condition que cette distance ne soit jamais de l’indifférence. Il faut donc être à la fois très attentif à tous les « signaux faibles » et savoir garder la tête froide, et du recul dans l’analyse des situations.

La distance vis-à-vis des dérapages et des excès proposés par les personnalités psychotiques socialisées, dites dangereuses. Cette distance est rendue obligatoire par le constat que ces personnes s’appuient sur des enjeux, une vision de l’existence et des objectifs de nature différente.

La gestion en aval consiste à respecter et contourner les mécanismes de défense des personnalités difficiles plutôt qu’à les transformer ou les attaquer de front. Pour les personnalités dangereuses, il s’agit surtout de les reconnaître pour en tirer les conséquences.

La gestion en amont consiste à vérifier la validité et la permanence d’un sens cohérent dans le discours du travail, dans l’autorité au travail, dans la constitution régulièrement révisée des projets d’équipe.

La gestion à partir de soi consiste à obtenir le plus de clarté possible sur son Désir de travail, puis à s’y tenir. Cela peut être affiné par la connaissance des principes de fonctionnement des mécanismes de défense contre l’anxiété.

Roland Guinchard

La photo d’illustration à été générée par l’IA Dall-E2


https://i0.wp.com/static.fnac-static.com/multimedia/FR/Images_Produits/FR/fnac.com/ZoomPE/9/5/2/9782294728259.jpg?resize=205%2C321
Cliquer pour plus d’informations

Pour en savoir plus, je ne peux que vous conseiller la lecture de mon livre sur le sujet

(News 2022 : bientôt en réédition toujours aux Editions Elsevier Masson.)

 » Personnalités difficiles et dangereuses au travail » « Identifier les comportements et gérer les troubles » Masson 2013


Si vous appréciez cet article, n’hésitez pas à mettre un « j’aime », à partager, commenter ou même vous abonner si le cœur vous en dit ! Cela aidera considérablement le site à se faire connaitre ! Merci 🙂


Workcare – Démarche d’amélioration continue de l’ambiance de travail

Dirigeant, DRH, formateur : Découvrir une démarche innovante et un outil simple pour améliorer la qualité de vie au travail et l’engagement des collaborateurs

2 réponses à “Personnalités difficiles ou dangereuses au travail : une synthèse à usage des managers”

  1. Magnifique article!
    Merci 🙏

    Claire, précis et très efficace quant aux solutions de gestion possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Découvrez
nos séries

Vous souhaitez lire sur un sujet en particulier ? Retrouvez nos articles classés par thème.