Les actualités
Workcare
Autres...

Retour
Maison Workcare

Carnet de bord #3 : La « maison » Workcare

Qualité de vie & ambiance de travail : Comment restituer des données utiles et opérationnelles.

3ème carnet de bord sur l’histoire et l’évolution de Workcare. Aujourd’hui nous allons aborder la question des résultats et notamment notre « maison » Workcare.

Quelle est l’histoire derrière ? Quel cahier des charges ? Quelle évolution ? Quelles fonctionnalités ? Je vous raconte tout ça ci-dessous !


Carnet de bord #1 – Introduction

Carnet de bord #2 – Le questionnaire

Carnet de route #3 – La maison Workcare


Introduction

La maison Workcare est le fruit de discussions qui remontent à 2016 au sein du cabinet sur la nécessité de proposer des résultats cohérents avec notre approche de la question de la QVT. Dans quelle mesure pouvions nous présenter à nos clients des résultats utiles, opérationnels, faciles à comprendre tout en évitant de multiplier les slides, les tableaux d’analyse et les tris croisés.

L’image en question

L’idée est finalement venue d’une image et d’une métaphore utilisées dans un des premiers guides de lecture des résultats. L’image représentait une structure, une charpente métallique. Nous parlions alors beaucoup de « construction » d’un management non anxiogène pour éviter les risques psycho-sociaux.

Pour revenir un peu aux fondamentaux enseignés par Roland Guinchard dans son livre sur le lien au travail, on sait qu’au boulot, « l’anxiété est gérée par deux éléments symboliques distincts : fonctions symboliques et relations symboliques ». Les deux éléments n’ont pas la même importance vis-à-vis des risques psycho-sociaux et de la qualité de vie au travail.

La métaphore « fondatrice »

Pour filer cette métaphore, j’ai retrouvé dans un document de février 2017, le texte fondateur de la maison Workcare que je vous propose ici tel quel :

« Comparons l’ambiance de travail à la sécurité ou au risque d’une personne qui se situe dans un bâtiment. Chacune dans l’entreprise ou la maison de son travail (Bingo, la voici 🏠) ressent la façon dont elle est protégée et soutenue :

  • Les « relations » symboliques sont identiques à la charpente qui abrite l’identité professionnelle à savoir : Le management / le lien au métier / le lien à l’entreprise.
  • Les « fonctions » symboliques sont comparables aux fondations qui soutiennent l’identité professionnelle, à savoir : Le discours / l ‘autorité / le projet d’équipe. (On ne parlait alors par encore des conditions de travail).

Les phénomènes psycho-sociaux sont la résultante de dimensions qui peuvent se compenser l’une l’autre, mais doivent fondamentalement être de bonne qualité l’une et l’autre pour limiter les risques.

Fondations :

La fonction symbolique apparaît sous les formes du Discours, de l’Autorité et du Projet : c’est là que l’on peut percevoir des carences (absence, diminution, excès de la fonction symbolique) ou de la présence (équilibre, juste dose de la fonction symbolique). 

Fondations faibles > risque d’effondrement.

Les fonctions symboliques ne sont pas immédiatement perçues par les personnes au travail. Pourtant en cas d’appui ou de carence, l’effet est important sur «l’identité professionnelle». Ces effets, qui sont assez durables, peuvent être sommairement décrits selon la qualité de ces fonctions symboliques, comme «enthousiasme, engagement, plaisir, bien être» ou «dépression, découragement, atteinte psychique». Les difficultés individuelles ou d’équipe dans ce domaine seront décrites comme des «effondrements».

Charpente :

La relation symbolique apparaît sous la forme de la relation au Manager, à l’Entreprise et au Métier : c’est à cet endroit qu’on peut définir des appuis (soutien, orientation, fierté) ou du lâchage (ignorance, indifférence, objectivation).

Charpente fragile > risque de blessure

Dans le travail, nous percevons plus facilement la «charpente et ses problèmes», à savoir les qualités des relations symboliques (relations au manager, au métier, à l’entreprise). Ces éléments ont sur nous des effets immédiats, perceptibles sur l’humeur avec des effets relativement réversibles. Ces perceptions sont traduites comme «conditions psychologiques» «charge psychique / mentale de travail» «relation avec la management de proximité». Les difficultés individuelles ou d’équipe dans ce domaine seront présentées comme des blessures.

Avec un peu de recul, nous avions dans ces quelques lignes tous les éléments nécessaires à la construction de cette maison. La métaphore était tellement parlante à nos yeux, que nous avons travaillé sans attendre dans ce sens.

La structure de la maison Workcare

Sur la base du texte fondateur, nous adaptons simplement la structure de la maison Workcare à ce modèle. La maison Workcare peut donc se découper ainsi :

  • Le toit : La partie qui protège des éléments externes mais aussi le lien avec l’extérieur, entre la partie personnelle et professionnelle.
  • L’espace de vie : Lieu du quotidien, protège et soutien. C’est la représentation commune du travail, où il s’articule dans sa pratique et sa réalisation.
  • Le plancher : C’est là où on pose les pieds. C’est la 1ère chose que l’on voit en arrivant sur un poste ou dans une organisation.
  • Les fondations : Elles soutiennent la construction. Elles ne sont pas forcements visibles en premier lieu, mais elles ont un impact majeur sur l’ambiance globale.

Les différents thème de la maison Workcare

Nous intégrons alors ces maisons à partir de la rentrée 2017 dans notre démarche, et cette manière de faire semble répondre rapidement à une attente chez nos clients.

De la première ébauche …

Une maison pour un service en particulier était alors représentée de la sorte :

  • En vert, le nombre des avis allant dans le sens de la sécurité pour l’identité professionnelle (les « appuis » constitutifs de la qualité de vie au travail).
  • En rouge, le nombre des avis impliquant un élément dommageable pour l’identité professionnelle (les « carences » pouvant entrainer des RPS).
  • En gris les éléments moyens, à améliorer.
La maison en 2017
La maison en 2022

… à la maison Workcare actuelle

La maison devient très rapidement centrale dans la réalisation de la démarche Workcare, ce qui nous poussera à améliorer la maison avec la mise à jour du questionnaire et le passage dans un mode triptyque.

En 5 ans, la maison a connu des évolutions notables, sur le code couleur ou encore le design. De nouvelles solutions de lecture ont été intégrées, comme un retour écrit direct pour les différents items (les 21 « cases » autour de la maison) venant enrichir les couleurs et faciliter la compréhension et la lecture , ainsi que l’intégration d’une idée de « consensus » matérialisée par les pastilles blanches.

Pour aller plus loin dans la compréhension de la maison Workcare et ses items, nous publions tous les mois un article centré autour d’un thème ou d’un item. Vous pouvez les retrouver en cliquant ici.

  • Rendez-vous le mois prochain pour un nouvel article. Le sujet n’est pas encore bien défini, mais on abordera possiblement le sujet des questions du relevé de positionnement.
  • D’ici là, n’hésitez pas à commenter, et nous dire si ces « carnets de bord » abordés sur une note plus légère et directe vous intéresse.  

La photo d’illustration à été générée par l’IA Dall-E2 / « An oil painting by matisse of a boat sailing in waves »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Découvrez
nos séries

Vous souhaitez lire sur un sujet en particulier ? Retrouvez nos articles classés par thème.